Le Forum du Voyage - voyages et tourisme individuel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-54%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone 6.5″ OPPO Reno4 Pro 5G 256Go Noir
182 € 400 €
Voir le deal

Stress hydrique au Maroc

+14
Level 0
Lagardevicto
BernardBayle
louvilune
Darzel
Deborah
fangui
Olivard
distran
AJFT
Hannah
gilloup
marabamu
pit
18 participants

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par gilloup Mer 30 Aoû 2023 - 15:19

Ce sont 2 problèmes distincts. mais, réforme des cultures ou pas, le dessalement et le nucléaire s'imposeront à plus ou moins longue échéance: il n'y a pas d'autre alternative technique possible, dans les 10 ans qui viennent.

gilloup

Messages : 57
Date d'inscription : 04/02/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par distran Mer 30 Aoû 2023 - 15:22

re
Il y avait de l'eau avant, pourquoi plus maintenant ?
D'ailleurs, je dois recreuser de 1m mon puits à 20m.... fait chier, merci les cultivateurs intensifs !
distran
distran

Messages : 108
Date d'inscription : 12/06/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Mar 19 Sep 2023 - 9:34

Dans le Haut Atlas, un paysage hydrologique métamorphosé - Médias24
Des aquifères enregistrent une hausse de leur niveau piézométrique, des sources connaissent une augmentation de leur débit, tandis que d’autres surgissent spontanément... Après le séisme du 8 septembre, le paysage hydrologique du Haut Atlas a profondément changé.
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Deborah Mar 19 Sep 2023 - 12:10

Le lien vers "centrale de Tricastin" ne fonctionne pas.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6554
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Mar 19 Sep 2023 - 12:21

Deborah a écrit:Le lien vers "centrale de Tricastin" ne fonctionne pas.
S'agit-il du post de "pit" du... 3 août ???
Le lien fonctionnait, puisque Hannah l'a mentionné.
Oops
https://forumvoyage.forumactif.com/t1483-stress-hydrique-au-maroc#18725
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Ven 13 Oct 2023 - 21:07

Eau potable : l’ONEE sécurise l’approvisionnement d’Errachidia et de Tafilalet
Al 7amdou lillah !
mise en place d’une station de pompage flottante d’un débit de 250 litres par seconde au niveau de la retenue du barrage Hassan Eddakhil
Les immenses plantations de Majhoul du programme Maroc Vers Nos poches ont pompé la nappe du Tafilalet.
On boira l'eau du barrage.
Tant qu'il y en a.
Et s'ils n'ont pas d'eau, qu'ils boivent du petit-lait !
Basketball
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Mer 25 Oct 2023 - 12:59

Y aurait-il une surproduction de ces célèbres (bien marketinguées mais franchement assez quelconques) dattes "Mejhoul", celles qui ont asséché la nappe du Tafilalt ?
En tout cas on les brade...
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Signal47

Et toujours sur le thème "Mejhoul", un article intéressant et un peu chauvin.
Une réhabilitation de la vérité sur le Majhoul marocain

AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Jeu 16 Nov 2023 - 20:22

Agriculture résiliente : 585 ha supplémentaires équipés en systèmes d’irrigation à Draâ-Tafilalet

Vous reprendrez bien un peu de langue de bois ?
la création d’un dynamisme économique et l’amélioration «substantielle» des conditions de vie de la population à travers les activités économiques, agricoles et non agricoles, notamment pour les jeunes et les femmes.
Aaah! Si c'est "substantiel", c'est super ! cheers
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc GZV7DIF47H27RTNQLRML7TNYKU
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Phototheque-web-5183090000_PS
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Lagardevicto Jeu 16 Nov 2023 - 20:53

On rêve !!
Lagardevicto
Lagardevicto

Messages : 109
Date d'inscription : 03/01/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Jeu 30 Nov 2023 - 21:11

Aux grands maux les grands remèdes !
Le roi Mohammed VI ordonne des prières rogatoires pour vendredi.

Ca se présente plutôt favorablement.
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Screen21
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Lagardevicto Jeu 30 Nov 2023 - 22:01

Super.
Vive le Roi
Lagardevicto
Lagardevicto

Messages : 109
Date d'inscription : 03/01/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Ven 1 Déc 2023 - 19:32

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Screen22
(Iwa ghir sellek, difficile à traduire. On peut proposer : Ben... Laisse pisser le mérinos)
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Deborah Sam 27 Jan 2024 - 4:59

un nouvel article du Monde :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/01/26/secheresse-au-maroc-plus-rien-ne-pousse-ici_6213130_3212.html


Sécheresse au Maroc : « Plus rien ne pousse ici »

Il ne reste qu’une vaste étendue de terre craquelée, jonchée de coquillages, témoins d’un temps pas si lointain où ce lieu abritait un immense lac. Au Maroc, le barrage Al Massira, deuxième plus grand réservoir du pays, situé à 120 kilomètres au nord de Marrakech, est à sec. Depuis ses anciennes berges, il faut désormais marcher au moins deux kilomètres, sous un soleil de plomb et une chaleur qui culmine à 30 °C en ce mois de janvier, pour atteindre l’étang stagnant au pied de l’édifice. Triste décor, emblématique d’un pays guetté par la pénurie d’eau sous l’effet du réchauffement climatique, aggravé par une surexploitation de ses ressources hydriques.

Le Maroc se dirige vers une sixième année consécutive de sécheresse. Depuis septembre, les précipitations affichent un déficit de 70 % par rapport à la moyenne, a indiqué, le 16 janvier, le ministre de l’équipement et de l’eau, Nizar Baraka. La situation est critique au point de faire peser une menace sérieuse sur l’approvisionnement en eau potable des villages et des villes.

« La terre était fertile, l’eau abondante »

La période de 2019 à 2022 a été la plus sèche depuis les années 1960, selon la direction générale de la météorologie, tandis que 2023, également marquée par une faible pluviométrie, a connu cinq vagues de chaleur dont un record absolu de 50,4 °C à Agadir en août. La hausse des températures accroît l’évaporation de l’eau dans les barrages, qui ne sont remplis plus qu’à 23 %. A Al Massira, c’est 1 %.

Au bord du lac, les habitants du village d’Ouled Sidi Mâssoud prient chaque jour pour appeler la pluie. Il y a encore quelques années, « tout était vert ici, raconte Massoudi Benchatoui, le patriarche du douar, 95 ans. La terre était fertile, l’eau abondante. Il y avait des pêcheurs, des touristes qui venaient pique-niquer. Tout cela a disparu ». Devant sa maison, Lalia Sbai, 70 ans, prend dans ses mains un morceau de terre qui se désagrège en poussière. « Ça fait quatre ans que plus rien ne pousse ici, ni blé ni céréales, se désole-t-elle. Les gens vendent leurs animaux, ils n’ont pas de quoi les nourrir. »


La sécheresse persistante a transformé cette province rurale appelée Rhamna en un désert rocailleux, traversé par des sillons de cours d’eau desséchés. Le fleuve Oum Errabiâ, deuxième du pays, sur lequel est construit le barrage Al Massira, n’a plus de fleuve que le nom. Le pompage de son eau est désormais prohibé, tout comme l’irrigation à partir du barrage. Résultat, « on ne peut plus arroser les oliviers, qui vont mourir, témoigne Mohamed Bribech, cultivateur dans le village voisin de Driwkat. Les gens abandonnent l’agriculture, certains partent travailler en ville ».

Seuls subsistent quelques îlots de verdure, équipés de tuyaux d’arrosage au goutte-à-goutte, avec des puits fonctionnant à l’énergie solaire. Mais bien qu’irriguées, ces exploitations se trouvent également en péril. « Chaque année c’est pire, s’alarme Ahmed Azizi, 52 ans, propriétaire d’une ferme de 1 000 oliviers et orangers près du barrage. Il faut creuser toujours plus profondément pour trouver de l’eau et même à 150 mètres parfois, on ne trouve rien. »

Rationalisation drastique de l’usage de l’eau

L’enjeu est pourtant crucial dans un pays où l’agriculture, pilier de l’économie, représente 31 % de l’emploi et 12 % du PIB. Après cinq années de sécheresse, le secteur est « genou à terre », alerte Mohamed Taher Sraïri, enseignant chercheur à l’Institut agronomique et vétérinaire de Rabat : 
« L’agriculture traditionnelle pluviale, qui représente au moins 80 % des surfaces cultivées, est touchée, tout comme l’agriculture irriguée, car la pression s’accentue sur les eaux souterraines dans lesquelles l’eau est puisée. Certains en arrivent à sacrifier leur cheptel et même à arracher leurs arbres. »

Face à l’urgence, les autorités misent sur le dessalement de l’eau de mer. Sept usines sont en projet, qui viendront s’ajouter aux douze existantes, pour atteindre une capacité de production de 1,4 milliard de m3 par an en 2030 (contre 186,5 millions actuellement). De nouveaux barrages doivent également être construits, ainsi que des stations de recyclage des eaux usées.


En parallèle, le pays a mis un coup d’accélérateur à ses projets d’« autoroutes de l’eau » – des interconnexions de bassins visant à acheminer de l’eau du nord vers les zones plus arides du sud. Le premier tronçon, mis en service en août, qui relie le barrage du fleuve Sebou à celui du Bouregreg, près de Rabat, aurait d’ores et déjà permis d’éviter le scénario catastrophe : sans ce raccordement, l’eau potable aurait été coupée le 18 décembre à Casablanca et Rabat, les capitales économique et politique du royaume, a affirmé M. Baraka.

La sécurité hydrique ne pourra toutefois être assurée qu’au prix d’une rationalisation drastique de l’usage de l’eau, en particulier dans l’agriculture, qui accapare 89 % de la ressource. Présenté comme un large succès économique mais décrié, le plan Maroc vert (2008-2018) a fortement influencé la stratégie agricole du pays. « Il a amplifié le développement d’une agriculture irriguée, productiviste, tournée vers des cultures de fruits et légumes destinées à l’export, très consommatrices en eau, explique M. Sraïri. Cela a abouti à une surexploitation des ressources hydriques à des niveaux insoutenables. »

Changer de paradigme

De fait, de nombreux agriculteurs, encouragés par d’importantes subventions, se sont convertis à des systèmes d’irrigation localisée, au goutte-à-goutte. « Cette technique a été promue avec l’illusion qu’elle allait permettre des économies d’eau. Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit, observe Ali Hatimy, agronome et cofondateur du site d’information Nechfate sur le changement climatique au Maroc. Des cultures toujours plus gourmandes en eau, comme l’avocat ou les agrumes, se sont étendues. Les cycles de culture se sont accélérés et les surfaces irriguées ont largement augmenté. »

Dans le même temps, les nappes souterraines se sont taries. Sans compter que cette stratégie, en misant tout sur les cultures d’exportation et l’agrobusiness, a « marginalisé la petite agriculture familiale, principale productrice de produits de base destinés à nourrir la population comme les céréales, le sucre…, ajoute M. Hatimy, au détriment du développement rural et de la souveraineté alimentaire du pays ».

Bien qu’un nouveau plan, Genération Green, adopté en 2020, intègre des objectifs de « résilience » et d’« écoefficience », la remise en cause de ces orientations reste timide sur le plan politique. « Le sujet est sensible, souligne Ali Hatimy. Car les élites politiques sont aussi souvent des élites rurales, agricoles et agro-exportatrices. Une véritable économie d’eau exigerait un courage politique immense, tant l’Etat irait à l’encontre de leurs intérêts. »

Il y a pourtant urgence à changer de paradigme, alertent bon nombre de spécialistes. « Cela reviendrait à privilégier des cultures moins gourmandes en eau, adossées à l’eau de pluie, à encourager l’élevage pastoral…, défend M. Sraïri. A admettre définitivement qu’un pays aride et semi-aride ne peut plus être une puissance agricole, encore moins pour l’export. »
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6554
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

louvilune, AJFT et distran apprécient ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Sam 27 Jan 2024 - 9:36

En résumé :
De fait, de nombreux agriculteurs, encouragés par d’importantes subventions, se sont convertis à des systèmes d’irrigation localisée, au goutte-à-goutte. « Cette technique a été promue avec l’illusion qu’elle allait permettre des économies d’eau. Or, c’est tout l’inverse qui s’est produit, observe Ali Hatimy, agronome et cofondateur du site d’information Nechfate sur le changement climatique au Maroc. Des cultures toujours plus gourmandes en eau, comme l’avocat ou les agrumes, se sont étendues. Les cycles de culture se sont accélérés et les surfaces irriguées ont largement augmenté. »
Dans le même temps, les nappes souterraines se sont taries. Sans compter que cette stratégie, en misant tout sur les cultures d’exportation et l’agrobusiness, a « marginalisé la petite agriculture familiale, principale productrice de produits de base destinés à nourrir la population comme les céréales, le sucre…, ajoute M. Hatimy, au détriment du développement rural et de la souveraineté alimentaire du pays ».
Bien qu’un nouveau plan, Genération Green, adopté en 2020, intègre des objectifs de « résilience » et d’« écoefficience », la remise en cause de ces orientations reste timide sur le plan politique. « Le sujet est sensible, souligne Ali Hatimy. Car les élites politiques sont aussi souvent des élites rurales, agricoles et agro-exportatrices. Une véritable économie d’eau exigerait un courage politique immense, tant l’Etat irait à l’encontre de leurs intérêts. »
Il y a pourtant urgence à changer de paradigme, alertent bon nombre de spécialistes. « Cela reviendrait à privilégier des cultures moins gourmandes en eau, adossées à l’eau de pluie, à encourager l’élevage pastoral…, défend M. Sraïri. A admettre définitivement qu’un pays aride et semi-aride ne peut plus être une puissance agricole, encore moins pour l’export. »
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

distran apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par louvilune Dim 28 Jan 2024 - 10:41

Deborah

Mon père m’a envoyé cet article hier par mail…
avatar
louvilune

Messages : 33
Date d'inscription : 30/12/2021

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Lagardevicto Dim 28 Jan 2024 - 16:28

Un clin d'œil !!
Vous avez probablement depuis longtemps remarqué cet engouement à toujours tout laver une dizaine de fois ou plus, la vaisselle toute propre sortant du placard ou du lave-vaisselle, ........ etc.
Stress hydrique ?? C'est quoi ??
Lagardevicto
Lagardevicto

Messages : 109
Date d'inscription : 03/01/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Mar 30 Jan 2024 - 16:03

L'autosuffisance alimentaire s'est sensiblement dégradée.
Un article de 2020...
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Alim10
Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Alim1_10Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Alim2_10
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Sam 3 Fév 2024 - 18:51

Maroc : Rabat impose la fermeture des hammams
Restrictions sur les bains publics de la ville, limitant leur fonctionnement à quatre jours par semaine et interdisant l’ouverture les lundis, mardis et mercredis.
Nous irons donc tous jeudi, vendredi, samedi ou dimanche.
On voit tout de suite l'économie d'eau.
Basketball

Casablanca : les propriétaires de hammams défient la loi
Plusieurs propriétaires de hammams traditionnels dans certains quartiers de Casablanca ont décidé de ne pas respecter la mesure de fermeture de ces établissements trois jours par semaine, prise par les autorités locales afin de rationaliser la consommation d’eau.
18gronde
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Dim 11 Fév 2024 - 16:43

Dans le grenier du Maroc, la sécheresse compromet la saison agricole
Par ailleurs :
L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est toutefois alarmée d’une « intensification désordonnée de l’irrigation » dans la plaine de Berrechid ces deux dernières décennies. « Entre 2007 et 2017, la production de carottes, par exemple, y a bondi de près de 500% », a-t-elle noté dans un rapport de novembre, soulignant que l’aquifère y était « l’une des plus dégradées » du pays.

Le modèle agricole marocain, axé depuis 15 ans sur l’exportation, soulève à nouveau des interrogations sachant que le pays fait face à « une offre hydrique en baisse absolue » et qu’il a misé sur des cultures gourmandes en eau, note l’agronome Mohamed Taher Srairi.

Les besoins nationaux sont estimés à plus 16 milliards de m3 d’eau, dont 87% pour le secteur agricole, mais n’a disposé que de cinq milliards ces cinq dernières années, selon Nizar Baraka.

Pour l’agronome Abderrahim Handouf, « la politique agricole devrait être revue de fond en comble ». « Aujourd’hui, j’ai l’impression que le gouvernement regarde dans un sens alors que la réalité est dans le sens opposé », regrette-t-il.
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Deborah apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Deborah Dim 11 Fév 2024 - 17:45

Maroc : Rabat impose la fermeture des hammams

je me demande vraiment si ce sont les hammams qui causent la sécheresse et la pénurie d'eau ?!? Shocked

vu que 87% des besoins sont pour l'agriculture ! Alors cela justifie t  il d'empécher les gens de se laver 3 jours par semaine !?
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6554
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

AJFT apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Dim 11 Fév 2024 - 22:33

Deborah a écrit:Alors cela justifie t  il d'empêcher les gens de se laver 3 jours par semaine !?
Pour citer l'autre article :
le gouvernement regarde dans un sens alors que la réalité est dans le sens opposé
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Deborah apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Lagardevicto Lun 12 Fév 2024 - 12:01

Le hammam trois fois par semaine ??
Oú ??
Lagardevicto
Lagardevicto

Messages : 109
Date d'inscription : 03/01/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Lun 12 Fév 2024 - 15:11

Lagardevicto a écrit:Le hammam trois fois par semaine ?? Oú ??
Là, Papy !  Very Happy  Very Happy
https://forumvoyage.forumactif.com/t1483p225-stress-hydrique-au-maroc#53143
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Deborah Lun 12 Fév 2024 - 15:34

c'est quand même étrange, car normalement la monarchie s'entoure de conseillers compétents, non ?
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6554
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Lagardevicto Lun 12 Fév 2024 - 15:42

Je repose ma question différemment.
Quel est le pourcentage de marocains ayant l'habitude d'aller au hammam TROIS fois par SEMAINE ?
Se laver tous les jours n'implique pas de le faire au hammam.
Lagardevicto
Lagardevicto

Messages : 109
Date d'inscription : 03/01/2022

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par AJFT Lun 19 Fév 2024 - 9:30

Stress hydrique: les propriétaires des hammams montent au créneau
la fermeture des hammams mettrait à rude épreuve la capacité des barrages vu que la plupart des bains utilisent l’eau des puits. leur fermeture obligera les citoyens à se baigner chez eux avec de l’eau potable.
«La décision de fermer les hammams trois fois par semaine est totalement absurde et ne résoudra point la problématique du stress hydrique»
AJFT
AJFT

Messages : 641
Date d'inscription : 20/01/2022

http://goulmima.toubkal.org/ksours/index.php

distran apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Sécheresse, stress hydrique et cultures intensives au Maroc Empty Re: Stress hydrique au Maroc

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum