Le Forum du Voyage - voyages et tourisme individuel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Cdiscount : -30€ dès 300€ d’achat sur une sélection Apple
Voir le deal

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

2 participants

Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 5:52

Bonjour chers forumeurs

Voici un petit récit de nos vacances en Bulgarie en espérant que cela motivera d’autres voyageurs à découvrir ce magnifique pays bien trop méconnu.

Conditions du voyage : 3 personnes, moi et mes deux adolescents (dont un handicapé ce impose un rythme un peu plus lent et limite un peu le nombre d’excursions possibles en une journée).

But du voyage : c’est notre 4e voyage en Bulgarie, pays que nous connaissons déjà et dont je comprends plus ou moins la langue puisqu’elle est une langue slave assez proche du russe. Nous souhaitons combiner séjours dans des petites villes d’eau (sources thermales de Velingrad et Hisarya), séjour à la Mer Noire (SozopolPrimorsko, Chernomorets), et villes historiques pour l’architecture (PlovdivKoprivchtitsa).

Vol : Paris-Sofia via Vienne, sur Austrian Airlines, 166 euros par personne, billets pris en ligne en mars 2019. La compagnie a assuré le transfert malgré le retard pris à CDG en raison d’une panne informatique, nous avons donc été assurés que l’avion Vienne-Sofia nous attendait. On trouve moins cher, plus à l’avance, sur les Low cost mais je préfère maintenant les bonnes compagnies.

Budget en Bulgarie : 1700 euros pour 3 personnes (tenant compte de 50 euros x2 taxi pour aller à CDG, donc 1600 euros sur place pour trois. Cela fait 72 euros par jour pour trois, soit 24 euros par jour et par personne.

Les prix sont vraiment très bas pour nous et proches des prix en Thaïlande, la Bulgarie doit être le moins cher des pays européens. On trouve des chambres doubles à partir de 13 euros, des chambres triples à 20 euros. Avec piscine c’est 30 euros et pour un appartement 2 pièces avec piscine, c’est autour de 40/50 Euros, et encore, dans les lieux touristiques.

Cours du Leva : 1 euro = 1,95 Leva à SofiaPlovdiv. Au bord de la mer on n’obtient que 1,93 ou même 1,90 leva. En gros un Leva = 0,50 euro.

Itinéraire :
J1 (31 juillet) : Vol PARIS CDG-SOFIA via Vienne, puis Train Sofia-Septemvri, puis Septemvri- VELINGRAD
J1 – J4 (31 juillet au 4 aout) : VELINGRAD
J5 (4 aout) : VELINGRAD-PLOVDIV en train
J5-J6 (du 4 au 6 aout) : 2 nuits à PLOVDIV
J7 (6 aout): Train PLOVDIV-BOURGAS, puis bus Bourgas-SOZOPOL
J7 (6 aout) : nuit à SOZOPOL au bord de la Mer Noire
J8 (7 aout) : Bus Sozopol - PRIMORSKO
J8-J13 (du 7 au 13 aout) : PRIMORSKO au bord de la Mer Noire
J14 (13 aout) : Bus Primorsko-Chernomorets
J14-J16 (du 13 au 15 aout) : 2 nuits à CHERNOMORETS au bord de la mer Noire.
J16 (15 aout) : bus Primorsko-Bourgas, puis train Bourgas-Karlovo, puis taxi Karlovo-HISARYA (HISAR)
J16-J19 (du 15 au 18 aout) : séjour à HISAR (HISARYA), ville d’eau
J19 (18 aout) : Taxi Hisarya-Karlovo pour rejoindre la ligne de train, puis train Karlovo-KOPRIVSHTITSA
J19-J22 (du 18 au 21 aout) : KOPRIVSHTITSA
J22 (21 aout) : train KOPRIVSHTITSA-Iskarko Shose (SOFIA), puis métro pour l’aéroport de SOFIA, vol retour SOFIA-PARIS via Vienne départ 18h35, arrivée CDG Paris 22h45.


#carnet
#carnet-bulgarie


Dernière édition par Deborah le Dim 8 Mai 2022 - 9:48, édité 1 fois
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 5:55

(suite) Récit de voyage

J1 : PARIS-SOFIA-VELINGRAD
Arrivée à l’aéroport, Métro Aéroport – Iskarsko Shose (connexion avec une gare), 2 stations, prix 1,60 leva/personne.

Puis train Septemvri- Velingrad, 14h39 – 17h52 soit 3h15 minutes, avec changement à Septemvri. Prix 5,90 leva par personne, étant trois, nous bénéficierons à chaque fois du tarif « malka grupa », petit groupe, donc avec 15% de réduction. A noter que les étudiants avec la carte ISIC ont droit à 50% de réduction.

Nous quittons immédiatement l’aéroport de Sofia en métro, superbe métro tout neuf, et juste 2 stations nous amènent à une correspondance avec la station de chemin de fer Iskarsko Shose qui est également sur la ligne de train qui nous intéresse, vers Septemvri puis Plovdiv. Ceci est un bon moyen de contourner la ville de Sofia si on ne veut pas y entrer (et notamment se payer la queue aux guichets de la Gare centrale), et de partir tout de suite vers une autre destination.

Le site des trains bulgares pour planifier les trajets est très pratique : www.bdz.bg/en/Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px

Le train est neuf et propre, mais assez lent et semble s’arrêter dans de nombreuses stations intermédiaires. Il est rempli d’une équipe de travailleurs de voirie, toutes des femmes tsiganes, très sales et qui mangent leur repas durant le trajet. Nous sommes étonnées de voir ce groupe descendre au bout de quelques stations pour aller travailler dans une gare qui semble presque désaffectée. Les enfants les plaignent car elles ont l’air harassées et vraiment évoquent le Lumpenproletariat. 


Tout au long du trajet, on verra d’anciens kolkhozes (fermes collectives) et usines désaffectés, rouillés, fenêtres éventrées.... Le pays semble assez vide et presque déserté tout le long du trajet.

Une femme est assise près de nous dans le train, un manuel de français à la main, et engage la conversation. Elle est médecin gynécologue et souhaite venir travailler en France car il n’y a pas de travail en Bulgarie. Je lui confirme qu’on recherche des médecins spécialistes, surtout en province. Elle veut s’établir dans une ville du sud de la France, nous discutons du niveau de vie respectif, elle semble n’avoir que la France comme seul espoir.

Arrivés à Septemvri, nous sommes censés prendre le train Septemvri –Vélingrad, un train de montagne avec une voie à écartement étroit (narrow gauge) connu pour la beauté des paysages traversés. Hélas le train est remplacé par un autobus vétuste, qui suit presque le même parcours car on voit les voies de chemin de fer la plupart du temps. Le paysage est splendide, avec des gorges et des rochers et une dense couverture de sapins.



J1 – J4 : VELINGRAD (31 juillet au 4 aout)

Nous arrivons à Velingrad en fin d’après-midi et à notre Guesthouse PIP, située sur la rue principale (ul. Saedinienie), où nous attend une chambre triple avec balcon, SdB avec douche et AC (40 leva soit 20 euros par nuit). Elle est assez exiguë mais la maison a un jardin et comme toujours dans les maisons bulgares, une tonnelle avec des tables et des bancs pour pique-niquer et une cuisine extérieure avec évier, vaisselle à disposition.

Les Bulgares, nous le verrons, ne sont pas riches et les hébergements sont faits pour des familles, proposant souvent des chambres familiales à 3 ou 4 lits (souvent des lits superposés pour les enfants) avec balcon, frigo, table et chaises sur le balcon ou dans le jardin, et accès à une cuisine.

Nous rencontrons une famille bulgare exilée en Grande Bretagne qui pique-nique justement avec ses enfants et nous installons à côté. Le mari nous explique qu’il n’y a pas de travail en Bulgarie. La Bulgarie comptait presque 9 millions d’habitants à l’époque communiste, aujourd’hui moins de 7 millions. Les jeunes partent à l’étranger, les gens étaient mieux lotis à l’époque communiste où 95% des foyers étaient propriétaires de leur logement et le chômage était inexistant, car le régime construisait des kolkhozes et des usines dans chaque localité afin de créer des emplois locaux. Tout ce système s’est effondré avec l’arrivée du capitalisme et la plupart des gens vivent moins bien maintenant.

La propriétaire de la maison qui nous loue la chambre tient à l’avant de sa demeure une « Banitcharnitsa », c’est-à-dire une boulangerie vendant des « banitsas » pour le petit déjeuner. Ces petites échoppes qu’on voit partout en Bulgarie ouvrent dès 6h du matin et vendent des banitsas ou pâte feuilletée farcie de sirene, le délicieux fromage bulgare (sorte de feta) et des tas d’autres patisseries en fait salées, farcies au fromage kashkaval, aux épinards, même des petites pizzas, des viennoiseries etc. Inclus dans le prix de la chambre (20 euros pour trois) est le petit déjeuner, donc il suffit le matin de venir choisir ce qu’on veut : une banitsa et un café, ou encore un « ayran » (yaourt liquide salé, très frais, délicieux) ou de la « boza », boisson fermentée à base de céréales (bof). Je vois que la propriétaire ne chôme pas car elle doit se lever très tôt pour préparer tous ces délices. Par contre, elle n’a pratiquement plus rien à vendre dès midi, et ferme boutique peu après.

Velingrad est une ville située dans les montagnes Rhodopes dans un écrin de verdure. Elle est célèbre pour ses 80 sources d’eau karstiques et d’eau thermale chaude, qui sort à une température entre 28 et 91°C. De nombreux hôtels proposent des spas et des piscines privées alimentées par les sources chaudes, mais c’était un peu cher sur le moment. J’ai compris qu’il faut réserver à l’avance pour trouver des prix corrects (et si possible en utilisant les coupons trouvés sur le Groupon bulgare, qui s’appelle Grupovo.bg).

Nous partons à la découverte de la piscine municipale qui s’appelle carrément Plage minérale, Mineralen Plazh, car il y a du sable importé de la Mer Noire et des transats, des pelouses aussi, située dans le parc municipal. Entrée 5 leva adulte. Elle est dotée de deux immenses bassins, l’un d’eau froide (trop froide, j’ai tenu 2 longueurs), l’autre d’eau chaude (trop chaude, on peut à peine mettre un pied dedans). Je m’étonne qu’ils n’aient pas inventé l’eau tiède, ce serait si facile de combiner les deux… 
On y reste quand même l’essentiel de la journée car il y a des gradins ombragés et de l’eau et sur les bords, des arbres fruitiers où on peut cueillir des petites mirabelles sauvages.


La ville s’étend en longueur le long de la rue principale (ul. Saedinienie), desservie aussi par la seule ligne de bus de la ville (ticket 0,80 leva donc 0,40 centimes) mais on peut facilement la parcourir à pied. Le centre ville (Lădžene) est piéton et organisé autour d’un monument aux morts et de l’hotel Zdravets et se poursuit par la rue Khan Asparuh qui passe devant la mairie, la poste, et le lycée professionnel forestier. On peut y trouver des restaurants, stands de Döner kebab et pizza, jeux pour enfants, et quelques magasins et échoppes de souvenirs (sinon le supermarché Billa est à côté de la gare des bus). Ca reste assez petit malgré tout.

Nous migrons ensuite vers notre second hébergement, un appartement sous les toits dans la Villa Venera, rue Mayakovski, avec 4 lits (40 leva soit 20 euros la nuit pour trois, cette fois il n’y a pas l’air conditionné mais une petite cuisine, salle à manger, etc). Très bien placé et proche des piscines. Joli jardin tenue par une femme très gentille. 


Le quartier des piscines est plus vivant, avec des échoppes de maillots de bains et de souvenirs, mais rien de bien grand. Ce sont surtout la présence de grands et chers hotels avec spa qui frappent, les prix peuvent atteindre 100 à 200 euros la nuit ce qui étonne dans ce pays où un repas au restaurant à midi coute 3,80 leva soit 1,90 euro !

Au marché de la ville (entre la Gare et le centre, si possible visiter le grand marché du dimanche matin), nous rencontrons de nombreux Pomaks ou Bulgares convertis à l’islam. Les femmes ont de grands foulards, mais le teint très clair et des tenues traditionnelles bulgares. Elles vendent des fruits des bois cueillis à la main, des montagnes de myrtilles (5,50 leva le kilo soit 2,80 euros), framboises, et même des fraises des bois. Egalement du miel de différentes couleurs, dont du miel foncé, de sapin. Nous nous régalons aussi de petites figues (2 leva le kilo). Les fruits sont délicieux. 


Au Marché on trouve de tout pour des prix dérisoires : T-Shirt et joggings d’imitation de marques à 5 Leva, sandales, tongues, objets de cuisine ou en bois sculpté. De quoi faire de beaux achats !

Le lendemain nous essayons une nouvelle piscine, la Plage minerale « Kaferinova » (29 rue Smirnenski). Elle est privée et plus moderne. Entrée 6 leva. L’eau cette fois est juste tiède et agréable et on peut louer des chaises longues à la journée. Les enfants s’amusent bien.

Nous nous promenons dans la ville et découvrons des maisons avec jardins et tonnelles et surtout les rues sont plantées d’arbres fruitiers : cerises griottes, prunes rouges et jaunes, pommiers, pieds de raisin qui tendent leurs sarments le long de longs fils de fer, il n’y a qu’à tendre la main pour manger… C’est paradisiaque et très reposant. Nous reviendrons dans cette ville pour explorer plus les environs (notamment la forteresse de Tsepina ou le village de Yundola).
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 5:56

(suite)

J5 : VELINGRAD - PLOVDIV en train (4 aout)

Trajet : Velingrad-Septemvri puis Septemvri-Plovdiv : 13,20 Leva soit moins de 7 euros pour 3, tarif « petit groupe »).
Nous quittons Velingrad cette fois par le train à voie étroite jusqu’à Septemvri (trajet superbe d'un peu plus d'une heure), puis reprenons la ligne de chemin de fer principale en direction de PLOVDIV.


J5-J6 : 2 JOURS A PLOVDIV (4 au 6 aout)

Nous avions déjà visité Plovdiv, la plus belle ville de Bulgarie à mon sens, et voulions retourner dans la vieille ville, construite sur un pic rocheux et pittoresque avec des ruelles en pente et ses splendides maisons riches négociants en style « Renaissance » bulgare.

Nous avons trouvé un logement au Residence Art Guest house, rue Georgi Benkovski (prix 118 Leva pour 2 nuits, soit 30 euros la nuit), proche de la zone piétonne de la ville basse, mais également proche de la vieille ville haute. C’est une maison toute étroite qui n’offre que 3 chambres, très propres, SdB, AC, cuisine à disposition.

L’emplacement est idéal. On peut se promener à Kapana, le long de la grande artère piétonne Rayko Daskalav, ses magasins et boutiques, et dans les petites rues environnantes. Au croisement entre ville nouvelle et vieille ville, on trouve la Mosquée Djoumaya et les ruines du Stade romain de Philipopolis


Et ensuite on monte dans les ruelles de la ville haute, par le Rue Saborna et jusqu’aux ruines de la forteresse de Nebet Tepe. Les maisons bourgeoises qui sont devenues des musées donnent une idée des croisements et de la multiculturalité de cette ville, dont les élites commerçantes étaient composées de Bulgares, Turcs, Grecs, Arméniens, Juifs.

Le Musée ethnographique (entrée 6 leva adulte, 2 Leva enfant), logé dans la maison du marchand Argir Kuyumdzhioglu (noter le nom grec) de 1847, est magnifique. On peut y observer le mode de vie de la bourgeoisie bulgare au 19e siècle, à la croisée de la mode parisienne, des coutumes locales et de l’administration turque. Les tapis et tissages colorés et les banquettes de salon à la turque côtoient les meubles et les dentelles importés de France. C’est vraiment cosmopolite.

Nous visitons ainsi plusieurs maisons-musées, richement décorées et dotées de beaux jardins où il fait bon se reposer. La Maison Hindlyan (rue Artin Gindikov, entrée 5 leva adulte, 2 leva enfant), celle d’un riche marchand arménien, est particulièrement belle. A noter que ces maisons sont surtout celles des minorités et non pas des bulgares, même si l’exposition présente quelques citations d’époque sur les différentes ethnies en présence dans la ville, elle insiste toujours sur la « Renaissance bulgare » alors qu’il s’agit d’une ville bien multiculturelle.

Nous déjeunons dans un très beau restaurant : le Rahat Tepe, situé au bout de la ville haute près du Parc Nebet Tepe et sa forteresse en ruine, avec une vue magnifique sur toute la ville et un menu superbement bien servi. Un des meilleurs restaurants de Bulgarie et le seul où le service a été vraiment rapide !

Notre logeur, très sympathique, nous parle lui aussi de la désastreuse situation économique en Bulgarie. Lui aussi regrette l’époque communiste (alors qu’il est assez jeune). Il est question notamment d’une épidémie de fièvre porcine à cause de laquelle l’UE contraint les fermiers bulgares à abattre des centaines de porcs, mettant les paysans sur la paille.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 5:58

J7 : Train PLOVDIV-BOURGAS, départ 9 :00, arrivée 12 :36, soit 3h30. Tarif « petit groupe », 12,40 Leva pour 3, soit 6,20 euros. Puis correspondance immédiate en bus pour SOZOPOL (5 leva par personne).


Il est temps de nous de rejoindre la côte de la Mer noire et heureusement, de Plovdiv, on est à mi chemin. Nous prenons le train de Plovdiv à Bourgas. La connexion est très simple : la Gare de bus (avtogara) est à quelques pas de la gare ferroviaire, comme partout en Bulgarie, et il y a des bus directs pour la ville balnéaire de Sozopol toutes les 30 minutes.



J7 : nuit à SOZOPOL (6 au 7 aout) :

Nous arrivons au centre de Sozopol et nous voulons à notre habitude loger en ville nouvelle. Il faut donc monter avec les valises la rue Republikanska jusqu’à la place Chernomore et trouver une guesthouse dans les petites rues qui partent en étoile à partir de cette place. Chaque rue a des chambres à louer, un panneau l’affiche sur toutes les maisons « staya » = chambre, donc on trouve facilement où passer la nuit en frappant aux portes. Le prix habituel est entre 15 et 20 leva par personne. Nous trouvons une chambre à 48 leva pour trois avec AC, balcon, séchoir, frigo et vaisselle, c’est l’équipement habituel.

L’emplacement ville haute est malgré tout aisé car on peut atteindre une belle plage, la plage « Harmanite » en suivant la Rue piétonne Ropotamo, bordée de restaurants et de magasins. Et on peut tout aussi facilement aller se promener dans la ville basse, un ancien village de pêcheurs devenu très (trop) touristique, et rejoindre la plage centrale.


On va essayer les deux plages, la mer est chaude mais quand même peu claire à cause des algues. Ce n’est pas ma plage préférée, je préfère de loin celles qui sont plus au sud sur la côte

On se promène, on fait le tour de la ville ancienne. C’est très joli, ce sont des anciennes maisons de pêcheurs en bois, retapées pour la location aux touristes. Il y a du monde, les touristes sont surtout tchèques, slovaques et russes. Peu de Français. Mais de toute manière il y a moins de monde que sur la Côte d’Azur… 


On va finalement diner rue Ropotamo au bistrot « Argonaute » que je recommande, spécialisé fruits de mer. Très bonne qualité et fraîcheur. Nous n'avons prévu qu'une nuit sur Sozopol car trop peuplée pour nous.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 6:02

suite


J8 : Bus SOZOPOL-PRIMORSKO (6 leva, toutes les heures)

Le lendemain, après une banitsa et un café au petit déjeuner et un petit tour, on décide de retourner au centre avec nos bagages pour prendre un bus pour notre ville balnéaire suivante, Primorsko. C’est vraiment facile, justement un minibus presque plein s’apprête à partir, je lui dis de nous attendre le temps que je ramène les enfants qui s’étaient assis sur un banc en mangeant des glaces… et hop, on est partis.


J8-J13 : PRIMORSKO (7-13 aout)

Les enfants, chaque fois qu’on est en Bulgarie, insistent pour retourner à Primorsko, une petite ville balnéaire qu’ils connaissent déjà, avec deux plages magnifiques (les plus belles pour nous), et où il est facile de trouver un hôtel avec piscine. L’artère centrale, la Rue du 3 mars (Treti Mart), est bordée de restaurants et de magasins mais c’est plus calme sur les côtés et au bout de la péninsule. 


Nous logeons successivement au Sany Hotel (proche de la Gare et de la rue centrale, petite piscine sur le toit, 75 leva par nuit, soit 37 euros par nuit) puis à l’Hotel Milan (dans la presqu’île, quartier très tranquille, jolie piscine calme, 80 leva soit 40 Euros par nuit pour un appartement deux pièces avec balcon). Nous reviendrons.


Primorsko, on s’installe pour plus longtemps, c’est notre base depuis 4 ans… On flâne le long de la rue centrale, les enfants font des achats (Tshirt, lunettes de soleils, sacs et pochettes, souvenirs). Ils se nourrissent essentiellement de Döner (prononcer « diouner » en bulgare) et de frites, des plats qui se sont répandus partout depuis quelques années. Je suis frappée de voir à quel point les vacanciers bulgares sont devenus obèses à force de ce régime. Autrefois les petits restaurants traditionnels « mehana » étaient bien plus nombreux, mais ils sont remplacés par des fast food. Remarquez la « banitsa » traditionnelle est aussi grasse aussi. La ligne s’en ressent. Mais on achète des fruits et légumes frais pour pique-niquer à notre habitude dans le jardin de notre hôtel.

Un bon plan gastronomique : le rayon traiteur des supermarchés propose parfois des plats cuisinés et surtout de magnifiques salades bulgares que l’on peut emporter. Par ex. la « Snejanka », sorte de tzatziki à l’aneth, faite de concombres au fromage blanc et aux herbes (prix au kilo 6 à 8 leva soit 3 à 4 euros). Ou le Kiopoulou aux aubergines. Ou d’autres salades aux courgettes, poivrons cuits hachés (la « Lioutenitsa », rouge vif, avec de nombreuses recettes différentes). Ces salades avec quelques tomates cœur de bœuf (dites « rosé »), si bonnes en Bulgarie, constituent souvent notre repas de midi.


Primorsko est dotée de plusieurs plages toutes intéressantes et c'est le lieu idéal pour les familles. La plage sud, proche du centre et petite, mais qui s’étend après l’embouchure de la rivière Diavolska reka, en une longue plage de sable fin jusqu’au MMC, l’ancien centre communiste d’hébergement pour la jeunesse, doté d’une immense plage magnifique, et dont les bungalows « holidays » rénovés se louent hélas maintenant trop cher pour ce que c’est (mais les enfants adoraient quand ils étaient petits)… Les nouvelles constructions d’hotels s’y multiplient.

Et la plage nord, immense, très belle, qui commence par une plage familiale, puis une plage nudiste, puis la plage « Perla ». L’eau est très claire, cristalline, et c’est un plaisir de se baigner.

Comme sur toutes les plages on peut louer des transats dits « chaise-longue » en bulgare et des parasols et des transats pour 7 leva chaque (forfait de 20 leva par jour pour 2 transats, une table, et un parasol). Mais cela ne vaut pas le coup compte tenu que l’achat d’un parasol coute 5 leva pour un petit et 10 leva pour un grand, et une belle serviette de plage 5 leva, ce qui se rembourse en une journée. Nous avons donc comme tous les Bulgares et les Tchèques du coin notre petit matériel que nous plantons le matin sur la plage, proche des arbres.

Pour les repas de midi, tout est fait pour contenter la clientèle tchèque et polonaise, qui est nombreuse. Les menus sont en tchèque et proposent partout un choix de soupes plus un plat pour 5 à 6 leva (2,5 à 3 euros). Ce n’est pas mirifique mais c’est assez pour midi. Attention car les panneaux affichant les prix des menus de midi restent en place le soir, mais les prix sont alors plus élevés, à la carte. Attention aussi aux quelques restaurateurs qui se permettent de gonfler l’addition, désolée mais je lis très bien le bulgare et le tchèque aussi, alors cela ne marche pas avec moi ! Heureusement cela reste rare...


Une excursion à ne pas manquer est le tour en bateau sur la rivière Ropotamo, l’embarcadère se trouve sur la route vers Bourgas (demander à n’importe quel minibus de vous arrêter). Vous découvrirez l’ornithologie et le monde aquatique subtropical de la rivière, dans une barque où un guide vous conduira dans le silence total, à la découverte de la faune et de la flore, la barque glisse sur une rivière enguirlandées de lianes, on voit des tortues, des crapauds, des poissons, des oiseaux sauvage. Un vrai rêve.


Le petit port de Primorsko (vraiment tout petit) offre aussi quelques excursions en bateau de pêcheur qui longent la côte et peuvent vous montrer de belles choses.

Sinon la fête foraine permanente qui ouvre tous les soirs vers 18h après les grandes chaleurs a tout pour contenter les enfants: auto tamponneuses, chateau gonflable, attractions, shakes de fruits etc. On y va un peu tous les soirs pour flaner, et on se repose également sur les gradins du théâtre en plein air, qui comme chaque année accueille différents groupes de danses et chants folkloriques des pays de l'Est principalement. Les spectacles sont en général très beaux, et certaines danses impressionnantes.

Contrairement aux années précédentes, nous ne descendrons pas cette année plus au sud, vers Ahtopol et Sinémorets mais ce sont deux endroits superbes à recommander, et tout le long de la côte, des petites criques escarpées et des presqu’iles rocheuses se succèdent, pour ceux qui ont une voiture.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 6:03

suite


J14 - J16: 2 nuits à CHERNOMORETS (13 au 15 aout)

A partir de Primorsko, nous entamons, tranquillement, le chemin retour puisque nous n’irons pas plus au sud. De Primorsko nous reprenons un minibus (5 leva/ personne, départ toutes les heures), cette fois pour Chernomorets, pour nous rapprocher un peu de Bourgas d’où partir notre train retour deux jours plus tard.


Chernomorets est nettement plus modeste que Sozopol et Primorsko, c’est tout petit même et a un côté très provincial. La plage, bordée par une petite digue, attire surtout les familles avec enfants petits, car il n’y a presque pas de vagues, mais par contre on nage dans une sauce assez sale avec des bouts d’algues et de plastique qui ne nous plait guère. Nous avions été habitués à une eau propre et limpide.

La petite ville est assez plaisante car plus calme. Nous avons un hôtel avec piscine (Hotel Chernomorets, 75 leva soit 38 euros la nuit) tout neuf et propre, mais hélas c’est bien le seul qui met de la musique métallique très bruyante devant la piscine et pour cette raison il ne nous plait pas tant que cela. Même s'il est agréable de se promener à Chernomorets, sur la promenade, dans les petites rues, nous ne pensons pas y retourner à l'avenir: trop près de Bourgas, la mer n’est pas si belle.


J16 : Bus Chernomorets-Bourgas (5 leva par personne), puis train Bourgas-KARLOVO, puis taxi Karlovo-HISAR (HISARYA)


Un gros voyage qui commence à 7h10 pour attraper le minibus pour la Gare de Bourgas, puis le train Bourgas-Karlovo (11,70 leva par personne, tarif « petit groupe »), tout cela pour atteindre la petite ville d’eau de HISAR (HISARYA) assez mal desservie. 


Arrivés à Karlovo, pas de bus, rien, donc nous demandons à une personne à la gare d’avoir la gentillesse de nous appeler un taxi. C’est 25 leva (13 euros, forfaitaire) pour 25 minutes de trajet, une facilité donc on peut faire usage souvent en Bulgarie vu le prix des taxis. Les taxis, jaunes, sont facilement reconnaissables et le prix habituel est 0,89 leva du km.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 6:06

J16-J18: HISARYA (15 au 18 aout)

Avec le taxi, nous sommes vites arrivés à Hisarya (Hissarya, aussi Hissar) et à notre Hotel Spa Detelina, un peu excentré au sud, dans un endroit proche de la nature, avec des arbres fruitiers et des chants d’oiseau, et avec une belle piscine d’eau thermale très agréable. Nous avons un appartement avec 2 chambres et cuisine/salon, balcon, pour 95 leva par nuit (48 euros la nuit, négociable si plusieurs nuits). Ce sera notre hébergement le plus cher du voyage, aussi le plus confortabl. Nous nous y installons pour 3 jours.

La ville d’eau de HISARYA est située dans la plaine, au bord de la montagne Sredna Gora et à 40km au Nord de Plovdiv (d’où elle est d’ailleurs plus accessible puisqu’il y a des bus directs, mais nous voulions revenir par un autre trajet). 


C’est une ville assez plate qui est un important centre thermal avec plus de 20 sources d’eau minérale, dont on peut jouir en utilisant, comme à Vélingrad, soit les piscines publiques, soit les piscines privées des hôtels (dont certaines sont accessibles sans y loger, sur paiement). Il y a aussi plusieurs fontaines publiques avec des colonnades, comme il se doit dans une ville d’eau. On voit les gens se ravitailler avec de grandes bonbonnes qu’ils emportent ensuite chez eux en voiture. Attention il faut d’abord la laisser se refroidir car elle jaillit brûlante !

Hisarya a aussi un intérêt archéologique, car les Romains y ont laissé tout un tas de vestiges, dont les murailles, impressionnantes, qui datent de l’Empereur Dioclétien, qui entourent la ville et ont été récemment mises en valeur grâce à des subventions européennes.

On peut donc y visiter les ruines romaines, qui se trouvent pour la plupart dans le Parc municipal, un endroit enchanteur, plein d’oiseaux et d’arbres magnifiques, et donc les ruines, dont les thermes romains, les portes splendides, les fortifications, des tombes, un petit amphithéâtre etc. Tout cela est très joli même si on y voit finalement peu de vacanciers, ils sont disséminés dans leurs hôtels et tout est assez vaste dans une ville qui a surement connu de meilleurs jours autrefois. Il y a quand même un petit centre d’information touristique, qui peut procurer un plan de ville.

On peut manger assez bien dans plusieurs restaurants et acheter des habits et des souvenirs, mais il n’y a qu’une seule épicerie (Supermarket Bulgaria), toujours bondée, et un petit marché, le dimanche matin, près des rails de chemin de fer, assez typique de ce qu’on peut voir dans les villes provinciales en Bulgarie : des stands de fruits et légumes locaux, savoureux, du miel, et quelques stands tenus par des Turcs et des Tsiganes, vendant des habits bon marché et des produits domestiques. Les prix sont très bas dans cette ville, et nous n’y avons vu absolument aucun touriste étranger, que des Bulgares


Pourtant il y a des hôtels assez luxueux et pour certains assez chers, comme le Spa Hotel Hissar, avec 3 piscines. Mais on trouve aussi des chambres à très bas prix (10 à 15 euros la double) chez l’habitant. Pour les piscines publiques, il y en a deux : celle dont l’entrée est à côté du sanatorium militaire (ex. Kaleroya), billet 8 leva adulte, et le complexe thermal Izvora, au sud du parc, entrée 10 leva. Tous deux très bien tenus, avec de l’eau chaude, des chaises longues, etc. Mais la plupart des gens ont la piscine direct à leur hôtel, et si cela n’est pas le cas on peut aussi venir l’utiliser moyennant un forfait journalier (par ex. Hotel Augusta, Hotel Albena). Finalement on était pas mal au Detelina.

Notre chauffeur de taxi, qui nous ramènera aussi sur simple appel téléphonique à la Gare de Karlovo, nous raconte l’histoire de la région, la villa de tel dirigeant communiste qui a donné le statut de ville à la petite localité de « Banya » (autre ville d’eau minuscule), les anciennes fermes collectives désaffectées et le chômage dans la région… on a l’impression d’une ville et d’une contrée qui fonctionne à mi régime.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 6:10

suite 


J19 (18 aout) : Taxi HISARYA - Gare de KARKOVO (25 leva) puis train KARLOVO- KOPRIVSHTITSA (4,30 leva par personne, soit 2,20 euros, tarif petit groupe.



Le taxi vient nous chercher à l’heure dite, il est même en avance. La route est douce, et laisse entrevoir les montagnes au loin. La Gare de Karlovo est une construction de l’époque communiste, les gens se rangent pour attendre le train (le même train Bourgas-Sofia sur lequel nous avons fait halte quelques jours avant). Nous nous rendons cette fois dans la bourgade de Koprivshtitsa, connue pour ses héros de la Renaissance nationale et du combat pour l’indépendance bulgare.


J19-J22: KOPRIVSHTITSA (18 au 21 aout)

A l’arrivée à la gare de Koprivshtitsa, il faut attendre le minibus qui nous amènera à la ville même, et qui sillonne dans les montagnes pendant presque 20 minutes (3 leva par personne). Quand il est plein, les malheureux laissés pour compte doivent attendre une heure le passage du prochain, alors il faut se précipiter pour monter dedans s’il y a du monde

Nous logeons pour nos trois dernières nuits en Bulgarie dans une maison typique de la petite ville, nommée Encheva kashta (50 leva soit 25 euros par jour). Il s’agit d’une maison ancienne avec un joli jardin et comme toujours un espace de pique nique aménagé, tout est très joli et caché derrière un beau portail en bois et à une rue de la place centrale.

Le climat est vraiment différent, nous sommes à 1000 mètres d’altitude, la température avoisine les 24°C en journée, mais 12°C la nuit et nous dormons avec des édredons ! Cela nous change de la mer où il faisait 32°-33°C et où un simple drap suffisait.

Koprishtivstsa est située dans un cadre idyllique, des jolies montagnes, douces et verdoyantes, constituées de pâturages et le sommet rond couvert de sapins. Elle a un passé de riche cité commerçante et spécialisée dans l’élevage, mais surtout elle a été un centre révolutionnaire en 1878 contre l ‘occupation turque et a fourni un bon nombre de héros et martyrs nationaux. 




Les maisons liées à ce passé ont été transformées en maison-musées et elles sont toutes magnifiques à voir. Ce n’est pas l’opulence des riches marchands de Plovdiv, mais une beauté plus modeste, plus provinciale, tout aussi passionnante à découvrir, car toute la ville est un véritable conservatoire ethnographique à ciel ouvert.

Cela vaut aussi le coup de monter jusqu’au monument à Georgi Benkovski, situé un peu en hauteur : on monte un escalier assez à pic pour découvrir un monument héroïque en style assez communiste, mais on est bien récompensé en pouvant d’en haut admirer le village qui s’étale dans la vallée et les belles montagnes alentour. Des hommes travaillent sur les côtés du monument et fauchent l’herbe à la main.

Dans le village, il n’est pas rare de voir des charrettes tirées par des chevaux. Le musée ethnographique, « Living Museum » (Zhiv Muzey) montre pareillement des brodeuses et tisseuses à l’œuvre devant vous, et vend les jolies broderies réalisées devant vos yeux. Il y a aussi une sale de classe assez amusante à voir, avec les bacs à sable dans lesquels les élèves traçaient leurs premières lettres. La naissance du système scolaire bulgare moderne a eu lieu en effet à Koprivshtivtsa et dans les environs, en lien avec le mouvement de renaissance nationale et la lutte contre l’occupation turque.


C’est à ce thème de la libération que sont constituées la plupart des expositions historiques dans les maisons-musées, et les photos d’époque sont bien passionnants : on y voit l’influence turque, prédominante dans l’habillement (les hommes portent le fez, les femmes le voile, même lorsqu’ils sont chrétiens orthodoxes), les marchés, la nourriture, l’aménagement des maisons avec les longues banquettes recouvertes de tissus colorés et les tables basses pour servir le thé et le café. La maison Luben Karavelov, Dimtcho Debelianov et la maison Oslekov valent particulièrement le coup. On peut acheter un billet d’entrée pour 6 maisons pour 10 leva (5 euros) adultes et 3 leva (1,5 euro) enfant.


Pour manger, deux restaurants se font face, juste à côté de l’arrêt de bus : le Tchoutchoura et la Starata Krusha, notre préféré. Il y a vraiment beaucoup de touristes le dimanche, mais en semaine, le service est nonchalant et les plats bien nourrissants.


Il faut gouter le Kavarma, plat en poterie cuit au four, et les œufs au fromage « sirene » à la Panagyurishte, des plats qu’on trouve ailleurs aussi mais très bons ici. Les enfants préfèrent les « kioufteta » (sorte de stecks hachés) et les « kebaptcheta » (la meme chose mais en forme allongée comme une saucisse), et les frites

Nous passons donc nos trois dernières journées à nous promener dans les ruelles typiques et entrer dans les jolis jardins des maisons historiques, longer la rivière où broutent les chèvres, et profiter du beau temps


J22 (21 aout) : retour KOPRIVSHTIVTSA-SOFIA aéroport :

c’est le départ, nous prenons le minibus pour la Gare et attrapons un train en direction de Sofia (5 leva par personne, prix « petit groupe »), sans toutefois aller jusqu’au bout de la ligne, il suffit de descendre à la station Iskarsko Shose. Nous profitons pour faire quelques courses dans cette banlieue visiblement peuplée de Tsiganes, puis reprenons le Métro et en deux stations, nous sommes à l’aéroport de Sofia en évitant le centre ville. 


Notre vol est en fin d’après midi, donc nous avons le temps. C’est là que se terminent nos 22 jours en Bulgarie.
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Jeu 9 Déc 2021 - 6:11

Enfin quelques renseignements pratiques


Site des trains bulgares avec horaires :
www.bdz.bg/en/Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px
www.bdz.bgRécit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px Site des bus en Bulgarie
www.avtogari.infoRécit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px or www.hebrosbus.comRécit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px


autres sites pour planifier un voyage en train et bus (ne comprend pas forcément tous les horaires)
www.bgrazpisanie.com/en/Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px
www.rome2rio.com/fr/Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px


Quelques sites sur les sources et piscines d'eau thermale en BUlgarie
www.myguidebulgaria.com/...l-waters-of-bulgariaRécit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px

www.bnr.bg/...w-open-in-winter-tooRécit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px

www.andrey-andreev.com/en/hot-mineral-pools/Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Ext_link_12px

Téléphone du taxi de Karlovo à Hisarya ou retour :
Nenko Nenkov 0886180929 ou 0897723229





Vocabulaire utile

Gare = Gara
Gare de bus = Avtogara
S'il vous plait = Mola
Merci = Merci / Blagodoria

Bonjour = Zdraveïte / Dobar Den
Au revoir = Dovijdanè

Combien ca coute = Kolko strouva ?
Avez vous... ? = Imate li...?
Y a t il.... ? = ima li...?
Où est.... ? = Kedé e... ?
Je voudrais.... = Iskam... / Teurssa....

Un plan de la ville = karta na grada
une chambre = staya
une piscine = basseyn

du pain = khliab
du lait = mliako
du café = kafé
de l'eau minérale = mineralna voda
une glace = sladolèd

l'addition = smetkata
un restaurant = restaurant, mehana
un verre, une tasse = tchasha
une salade = salata
des frites = perjeni kartofi
un jus de fruits = sok
une bière = bira

le train = vlak
le bus = avtobous
la plage = plaj

A gauche = Liavo
A droite =diasno
Tout droit = napravo
tournez à droite = veurvi na diasno
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Aliocha apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Aliocha Mer 29 Déc 2021 - 11:49

Bonjour Deborah


J'ai bien apprécié ton récit bien documenté.La Bulgarie est un pays que je ne connais pas encore et qui me donne envie d'y aller dès que les conditions seront favorables.
Merci!
Aliocha
Aliocha

Messages : 2171
Date d'inscription : 28/12/2021

Deborah apprécie ce message

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Aliocha Dim 3 Avr 2022 - 11:41

Bonjour Deborah
Au cas où tu connaitrais bien le Bulgare...
Lorsque je pars en voyage dans un pays dont je ne connais pas la langue je me débrouille toujours pour en apprendre quelques rudiments avant... Je me suis donc plongé dans le Bulgare en farfouillant sur internet. Connaissant l'alphabet cyrillique mon approche est plus facile...il y a une chose ( parmi d'autres bien sûr) qui d'emblée m'a interpelé c'est la prononciation du X ( kh) elle n'est à priori pas la même qu'en russe.Elle semble surtout différente suivant sa place dans le mot  en début de mot ou à l'intérieur du mot..
En russe ce X ( kh) se prononce toujours comme le ch dur allemand ou la jota espagnole alors qu'en bulgare souvent en début de mot ce X se prononce des fois comme le ch doux allemand ( dans ich) ou un sche français un peu chuintant;   mais suivant les mots ça varie! Exemple le pain au lieu de se prononcer (kh)liap ou (RR)liap se prononce un peu comme (sh)liap ou (tsh)liap...étrange!
Par ailleurs penses tu qu'une partie de la population bulgare parle un peu l'allemand ? c'était le cas dans l'ex Yougoslavie ...
Aliocha
Aliocha

Messages : 2171
Date d'inscription : 28/12/2021

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Deborah Dim 3 Avr 2022 - 11:50

Bonjour Aliocha

Tu fais bien de savoir lire le cyrillique car il y a des endroits où les panneaux de route et de rue ne sont pas traduits en caractères latins !

Je comprends plusieurs langues slaves donc pour moi le bulgare se devine facilement, mais je n'ai pas étudié cette langue précisément, alors je ne saurais pas te répondre sur un point aussi précis de la phonétique.

Il y a plusieurs sites d'apprentissage du bulgare en ligne avec audio, donc tu devrais trouver la prononciation des mots courants.

J'ai trouvé l'Assimil bulgare en téléchargement gratuit sur le net, si cela peut t'intéresser (je ne sais plus où mais tu devrais trouver). 

Pas mal de gens parlent allemand, les jeunes parlent souvent anglais, les vieux plutot le russe. Je n'ai jamais eu de difficutés, sachant que les enfants ont de plus Google translate sur leur smartphone Wink

tu me fais penser que je n'ai pas terminé mon récit de voyage de l'été dernier, avec les photos de Koprivshtitsa que je voulais encore télécharger et commenter Smile
Deborah
Deborah
Admin

Messages : 6555
Date d'inscription : 06/12/2021

https://forumvoyage.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Aliocha Dim 3 Avr 2022 - 11:57

J'ai trouvé l'Assimil bulgare en téléchargement gratuit sur le net, si cela peut t'intéresser (je ne sais plus où mais tu devrais trouver).

  Blagodarya! Je vais essayer de trouver ça!

google translate... oui bien sûr mais en fait c'est plus dans le but d'être "proche" des gens que j'essaie de communiquer dans leur langue.Pour le reste on se débrouille tjrs sans connaitre un seul mot.
Aliocha
Aliocha

Messages : 2171
Date d'inscription : 28/12/2021

Revenir en haut Aller en bas

Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019 Empty Re: Récit d'un voyage de trois semaines en Bulgarie, août 2019

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum